MUSÉE DE GÉOLOGIE DE LAPWORTH, ANGLETERRE

INNOVATION DANS L’AMENAGEMENT DE RESERVES DE MUSEE VISITABLES

« Nous sommes ravis d’avoir amélioré le soin apporté aux collections depuis le réaménagement. »

Jon Clatworthy, Directeur du musée de géologie de Lapworth

Le Musée de Géologie de Lapworth est un musée géologique majeur géré par l’Université de Birmingham. L’établissement, qui remonte à 1880, est maintenant situé dans un bâtiment du campus d’ Edgbaston. Le musée, du nom du géologue anglais Charles Lapworth, abrite plus de 250 000 objets parmi lesquels des cartes géologiques, des équipements, des modèles, des photographies, des spécimens zoologiques et des haches de pierre. Les archives de Lapworth font partie intégrante du musée. L’ensemble de la collection et des archives fournissent une aide pédagogique inestimable aux étudiants et aux chercheurs en géologie de l’université.

En 2012, le Musée Lapworth s’est vu décerner un prix de développement accordé par le Heritage Lottery Fund* afin de moderniser et d’agrandir ses installations. “L’objectif était de faire du musée universitaire académique un musée accessible au grand public au sein du campus» déclare Jon Clatworthy, directeur en charge du projet. “Un réaménagement complet était nécessaire afin d’ouvrir les collections sans se limiter à l’exposition. Nous souhaitions également rendre les réserves plus accessibles.”

*Heritage Lottery Fund utilise les profits de la loterie nationale pour promouvoir des projets importants, souvent dans le domaine de l’art et de la culture.

“L’équipe de conception de Bruynzeel a intégré quelques-unes de nos anciennes armoires historiques, nous permettant de réutiliser les composants existants et de faciliter le transfert des anciens vers les nouveaux équipements. La conception économique associée aux produits de haute qualité a mis en confiance le HLF. L’université s’est également réjouie des résultats.”

Jon Clatworthy, Musée de géologie de Lapworth

Le meilleur rapport qualité prix
Epaulé par le cabinet d’architectes Associated Architects pour superviser la conception, M. Clatworthy et son équipe ont cherché le partenaire approprié pour optimiser les magasins. Le musée cherchait avant tout une entreprise de stockage ayant l’expérience de la création de réserves rendues accessibles au public, capable d’intégrer des éléments d’exposition, afin de répondre aux exigences du musée et de ses bailleurs.

“Dans le cadre de notre recherche, nous sommes allés visiter l’aménagement des archives de Dudley réalisés par Bruynzeel, et nous avons été très impressionnés. Visiter un site dans les environs d’une telle qualité a fortement influencé notre décision. Je dois avouer que la proposition de Bruynzeel était de loin la meilleure. Bruynzeel s’est distingué par rapport à la concurrence », a déclaré Clatworthy. “Le prix est un critère important. Le projet étant financé par le HLF, il nous fallait choisir la meilleure offre. Cependant, je n’irai pas jusqu’à conseiller de choisir l’option la moins chère. Bruynzeel a su offrir la meilleure prestation compte-tenu de notre budget.”

Les réserves du musée saturées
La situation de stockage du musée Lapworth devenait critique, aggravée par un accroissement de la collection au cours des dernières années. «Les anciennes réserves avaient atteint leur point de saturation. Les objets s’ accumulaient, empilés les uns sur les autres, ce qui augmentait le risque d’endommager la collection “, déclare M. Clatworthy. «Les réserves, équipées d’étagères fixes, n’étaient plus appropriées. Le seul moyen de tout ranger était d’améliorer l’efficacité.”

Plan d’expansion
L’équipe de conception de Bruynzeel a dû relever le défi de faire tenir toute la collection dans l’espace existant, tout en prenant en considération la forme semi-circulaire de l’immeuble. Le choix de rayonnages mobiles s’est imposé comme la meilleure option afin d’optimiser la surface exploitable. «Je conseillerais à tout musée de prévoir des réserves un peu plus larges. Je suis surpris que nous ayons réussi “, explique Monsieur Clatworthy. «Nous avions un tel volume d’objets – les deux magasins semblaient être entièrement saturés. Suite à une étude approfondie, Bruynzeel a proposé une solution qui améliore l’accès et nous offre la capacité supplémentaire dont nous avions besoin.

Réutiliser, recycler, améliorer
Le musée tenait à conserver une partie des rayonnages en état provenant des réserves d’origine. Bruynzeel a réussi à installer les rayonnages existants sur les nouvelles unités mobiles, réduisant les coûts d’investissement tout en augmentant la capacité de rangement. «Pendant le déménagement, nous avons tout simplement soulevé les rayonnages et les avons enclenchés sur le nouveau système mobile», explique John Clatworthy. «L’accès aux réserves a été considérablement optimisé. Par exemple, nous avons une grande collection de poissons fossiles qui était auparavant répartie au sein de six armoires différentes. Aujourd’hui ces spécimens ont été regroupés dans une seule unité mobile, ce qui rend la recherche et la récupération des objets beaucoup plus efficaces. Il est simple pour les chercheurs de parcourir la collection et de trouver ce dont ils ont besoin. “

Solutions sur mesure
Les tiroirs en bois d’origine ont été intégrés dans les rayonnages mobiles grâce au développement d’une gamme de solutions sur mesure. Un système a été mis au point pour que les plateaux soient autoportants même lorsqu’ils sont entièrement sortis. Les bandes d’insertion permettent aux tiroirs de glisser, pour éviter d’endommager les cadres en acier enduits de poudre et assurer une conservation de qualité sur le long terme. Bruynzeel a fourni des barres de renforcement pour les charges lourdes, le client étant libre de choisir où les installer selon son besoin.

Les coulisses du musée
L’accès des réserves aux visiteurs était un développement indispensable pour le musée. Les aménagements Bruynzeel ont été mis en valeur lors de la réouverture du musée en 2016. Des portes vitrées ont été ajoutées aux armoires mobiles et les tiroirs ont été équipés de couvercles amovibles en verre, de sorte que le musée puisse afficher une partie de sa collection in situ sans compromettre la sécurité ou la préservation des collections.

« L’accès aux réserves a été considérablement développé. Pour Halloween, nous avons pu, par exemple, organiser une visite à la torche des réserves du musée, destinée au grand public. Cela aurait été impossible à mettre en place au sein de nos anciennes réserves ! Les visiteurs ont adoré. Ils se sont sentis privilégiés de découvrir l’envers du décor. Pour cela il faut s’assurer que les réserves soient adaptées, sinon c’est ingérable. Nous sommes maintenant équipés d’une réserve adaptée à nos besoins et accessible à la fois au grand public et aux chercheurs.