FRAC NORD-PAS-DE CALAIS, FRANCE

DES SYSTÈMES DE RANGEMENT SUR MESURE POUR LES RÉSERVES DU FRAC NORD-PAS-DE-CALAIS
Un nouveau bâtiment pour le Frac Nord-Pas-de-Calais
Les Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) ont été créés en 1983 par Jacques Lang, alors ministre de la culture. Avec 23 établissements en France, on compte pratiquement un Frac par région. Leur mission : promouvoir l’art contemporain.

Le Frac Nord-Pas-de-Calais était initialement établi à Lille. En 1996, il a déménagé dans l’ancien hôpital avenue de Rosendaël, à Dunkerque. Ce nouveau bâtiment de 1 000 m² a permis au Frac d’allouer de l’espace pour les réserves, qui étaient initialement situées au Musée d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq. Une partie des réserves était cependant encore externalisée chez un transporteur partenaire à Saint-Amand-les-Eaux.

Si la mission du Frac est d’abord la promotion de l’art contemporain, ce Frac « deuxième génération » a déjà une approche plus muséale. La collection du Frac compte environ 1 500 œuvres, dont 450 à 500 font l’objet de prêts, chaque année, pour des expositions régionales, nationales ou internationales. Une logistique compliquée pour Sylvain Crépin, régisseur du Frac.

« Saint-Amand, c’est à environ 1h30 de Dunkerque. Ce n’était pas très pratique. Les œuvres ne pouvaient pas être classées ni rangées. »

Sylvain Crépin – Régisseur – Frac Nord-Pas-de-Calais

En 2013, le projet « AP 2 » (Atelier de Préfabrication N°2) voit le jour. Le Frac sera réimplanté dans un bâtiment neuf adjoint à « La Cathédrale », un ancien site d’assemblage de bateaux auquel les dunkerquois sont historiquement très attachés.

L’importance du rayonnage pour stocker et retrouver facilement les œuvres
Le nouveau bâtiment de 10 000 m² dispose de 1 790 m² de réserves et d’un espace de transit de 472 m² destiné à la préparation des œuvres prêtées pour des expositions temporaires. Pour Sylvain Crépin, l’aménagement des réserves est primordial pour stocker et retrouver facilement les œuvres.

« Nous avons vocation à prêter des œuvres. Entre deux prêts, les rayonnages sont très importants pour le stockage et le classement des œuvres. »

Sylvain Crépin – Régisseur – Frac Nord-Pas-de-Calais

Sylvain Crépin a plus de 30 ans d’expérience. Il connait bien les problématiques d’aménagement de réserves : conservation préventive, stockage, classement et manutention. Au Frac, les œuvres sont sans cesse en mouvement. Se pose alors la complexité du stockage en caisse, dans des formats très différents.

« Nous avons des pièces de la taille du timbre poste, tels que les personnages de Philippe Favier, Les dépeupleurs. Nous avons également des œuvres monumentales comme la Jaguar de Frederik van Simaey ou encore Deux cubes, l’un tourné à 45°, la cabane en verre de Dan Graham. » explique Sylvain Crépin.

Le Frac utilise autant que possible des caisses au format palette Europe standardisé. Mais dans le secteur de l’art, les formats ne sont jamais standards.

« Avant, les tableaux étaient stockés dans des caisses empilées contre un mur. Cela provoquait non seulement des difficultés de manutention mais aussi d’inventaire. » se souvient Sylvain Crépin.

Le cahier des charges présenté aux architectes du cabinet Lacaton et Vassal est très précis : le régisseur veut du sur mesure pour stocker les œuvres, en faciliter la manutention et le classement. Il imagine même une solution intégrant des rouleaux métalliques pour faire coulisser les caisses.

Des systèmes de rangement sur mesure dans les réserves du Frac

« Estampes, tableaux, design, œuvres en 3D, sculptures…, la collection du Frac est très hétéroclite. Les rayonnages ont été créés et dimensionnés par rapport aux œuvres à stocker. »

Sylvain Crépin – Régisseur – Frac Nord-Pas-de-Calais

Bruynzeel a adapté ses systèmes de rangement pour intégrer la demande du régisseur concernant la manutention. Les rayonnages à palettes (formats tableaux) sont équipés de rouleaux pour simplifier la manutention dans les locaux du Frac. Bruynzeel a également intégré dans son offre des chariots sur mesure adaptés à la hauteur des rayonnages. Les rayonnages ont aussi dû être renforcés pour supporter le poids des caisses stockées.

 

L’installation des rayonnages s’est déroulée en trois phases. La première partie, installée pendant les travaux de construction, a été transparente pour les équipes du Frac. La deuxième partie a consisté à équiper la salle de transit. La troisième phase a été organisée après le déménagement, pour adapter les rayonnages aux œuvres qui ne pouvaient être rangées ailleurs.

En complément des rayonnages pour stocker les œuvres, les bureaux ont été équipés avec un rayonnage mobile Compactus® pour le petit matériel et les archives. « Ce système nous a permis de gagner de la place car le local n’est pas très grand. Des rayonnages classiques auraient occupé deux fois plus de place. » explique Sylvain Crépin.

L’avis des utilisateurs : gain de temps, gain de sécurité et nouvelles façons de travailler

Sylvain Crépin est ravi :

« Nous sommes totalement satisfaits. En 30 ans d’activités, j’ai pratiqué plusieurs réserves. Nous avons désormais un gain de temps, un gain de sécurité et des nouvelles façons de travailler. Ce n’était pas possible avant, car nous n’avions ni la place, ni les rayonnages. Le système de rangement avec les rouleaux constitue un gain énorme au niveau de la manutention, sur un plan pratique et aussi sur le plan humain. »

Et pour aller encore plus loin dans le classement des œuvres, les équipes du Frac mènent actuellement une campagne d’étiquetage des rayonnages en QR code et RFID pour localiser les œuvres informatiquement.